L’école et résilience


Qu’est-ce qui fait problème dans le développement des enfants et dans leur rapport aux apprentissages?

Avant de m’installer en libéral, j’ai exercé dans l’Enseignement pendant plusieurs années, avec entre autres postes, un RASED, qui m’a conduit à me questionner sur le processus mis en oeuvre , parfois contre toute attente, de l’enfant pour réussir à l’école malgré des conditions de vie parfois difficiles.

En effet, le cheminement de ces enfants qui d’adaptent malgré un contexte d’adversité peut permettre de mieux cerner les variables sur lesquelles des interventions d’aide peuvent être possibles . De nombreux enfants se développent grâce ou à travers d’investissement de la scolarité, malgré des conditions de vie agressives. Qu’il s’agisse de carences affectives graves ou dans un contexte social défavorisé, ou dans des trajectoires de vie marquées par la guerre, l’institution scolaire participe à la protection de l’Enfance.L’école est parfois vécue comme un traumatisme chez certains enfants surprotégés, mais elle est un soulagement et une planche de salut pour un enfant carencé, voire maltraité. Ces enfants trouvent un refuge salvateur dans la scolarité qui leur permet d’accumuler des savoirs pour bâtir un rempart contre l’adversité et les protège contre les risques de désorganisation psychique  en investissant dans les apprentissages. Ils trouvent un espace de reconstruction dans l’école propice à leur développement ; ce sont des enfants résilients.

La résilience est un processus dynamique par lequel l’enfant va faire preuve d’habiletés lui permettant de se développer et de se construire en dépit des risques d’adversité. Ce processus suppose de mettre en place des modes de protection efficaces grâce aux risques d’effraction psychique. Que cela se traduise par une réussite scolaire affirmée, l’école peut devenir un lien qui favorise la résilience, processus présent chez  chacun et qui passe par la capacité de se construire dans le lien à l’autre.

La précarité économique, la pauvreté, l’insalubrité du logement, les troubles mentaux des parents, ou leurs incapacités, les inadéquations des attitudes parentales, la mésentente, la violence, la maltraitance, les abus,….sont des causes de perturbation psychique.

Longtemps les pronostics négatifs ont prédit un avenir sombre pour ces enfants « à risques » et Emmy WERNER ( 1982) a montré que les enfants à risques ne présentaient pas plus que d’autres des problèmes à l’adolescence ou à l’âge adulte. Actuellement on prend en compte les ressources et les compétences internes et externes du sujet qui lui permettent de se protéger et d’atténuer l’impact délétère des risques. Le parcours de vie d’un individu rencontre nécessairement le croisement de facteurs de protection. Ainsi , un risque peut être soit atténué soit augmenté par d’autres facteurs relatifs au contexte de vie.

L’Ecole joue un rôle d’ascenseur social en proposant des liens amicaux, des contacts positifs avec l’Adulte, la possibilité d’être valorisé, et de réussir. L’Ecole est un espace de protection dans lequel l’enfant développe ses ressources cognitives, sociales, affectives et sa créativité. Il renforce également son sentiment de compétence et d’estime de soi et de confiance en soi.

L’enfant négligé dans sa famille peut ainsi se détacher de sa position de victime, de laissé-pour-compte, et se muer dans la revalorisation et la reconstruction par de multiples interactions qui apaisent les tumultes familiaux. Le syndrôme de Cendrillon se transforme en réussite, indice de résilience, l’enseignant se trouvant être parfois à son insu, un étayage, un tuteur de résilience.( Boris CYRULNIK)

Figures d’attachement alternatif, elles suppléent aux figures d’attachement familiales défaillantes et transforment l’énergie pulsionnelle en une forme plus positive et scolarisée. L’investissement scolaire protège le sujet en le mettant à distance des sentiments douloureux agissant comme un antidote face aux souffrances.

Le rôle de l’Ecole est donc majeur dans le processus de résilience car il permet développe des modes de revalorisation narcissique et est un mécanisme de défense à la protection de la maltraitance de l’Enfance.

Promouvoir la résilience à l’Ecole demeure une alternative intéressante face à la prise en charge de la vulnérabilité de l’enfant victimisé, de l’enfant défaillant….

La résilience se construit dans la relation aux autres. Elle est un processus dynamique et évolutif mais pas pérenne, car l’individu est en construction permanente qui est en interaction avec l’environnement.

Promouvoir la résilience à l’Ecole c’est avant tout éthique car tout enfant a besoin de grandir dans un milieu porteur de sens .

 

 

 

Catégories : Enfants et parents

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*