Je suis débordé, je craque! (1)


Le stress signe un déséquilibre,  à l’image d’une balance dont l’équilibre est rompu, la réaction de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.

Bien que le processus d’évaluation des contraintes et des ressources soir d’ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique et affectent la santé physique , le bien-être et la productivité de la personne qui y est soumise.

Le stress renvoie à trois caractéristiques, les stresseurs (contraintes professionnelles, conflits personnels,…), les réactions de stress et les conséquences.Le stress peut être positif ou négatif et on sait qu’il est une réponse de protection essentielle face au danger. Il permet également de se surpasser pour surmonter certaines difficultés .Mais la clé du bien-être et de la performance maximale ne réside pas dans le fait d’avoir un degré de stress faible ou élevé, mais plutôt d’avoir un niveau de stress adapté à l’activité à réaliser. En conséquence, il faut apprendre à ajuster son niveau de stress à l’objectif visé pour éviter que la performance soit affectée négativement par un degré de stress excessif ou insuffisant.

Une situation peut créer une réaction positive chez un individu et, chez un autre, une réponse négative, car cette même situation est vécue comme stressante pour l’un et excitante pour l’autre. Elle est alors interprétée comme un challenge à relever ou comme une menace.

L’environnement professionnel se caractérise par des incertitudes relevant de l’évolution du monde du travail, de l’activité professionnelle et des relations professionnelles. Face au travail, on peut être actif, passif, détendu ou surchargé et la demande psychologique (quantité, contraintes, exigences) , la latitude décisionnelle (autonomie, participation, développement de compétences) font que l’on est actif au travail (latitude et demande élevées); passif( latitude et demande faibles); détendu(latitude élevée et demande faible); surchargé ( latitude faible et demande élevée). La surcharge de travail est la situation exposant le plus au stress, car elle combine demande élevée et faible latitude décisionnelle.Le stress est maximum quand la charge de travail trop élevée ou insuffisante est associée à un manque de reconnaissance, un manque de sens, une perte d’autonomie, des contraintes éthiques, émotionnelles ou relationnelles.

Donc, l’autonomie dans le travail et les exigences professionnelles sont deux facteurs de risque retenus pour évaluer la fréquence des maladies liées au stress et au travail.

Le stress au travail dépend aussi étroitement du soutien social des collègues et de la hiérarchie.En effet, un travail surchargé qui combine demande psychologique élevée et faible latitude décisionnelle est mieux supportée si le salarié set soutenu par son entourage professionnel.

Toutefois, c’est un non-sens que de vouloir éliminer le stress,car nous devons nous adapter en permanence à notre environnement qui est un changement permanent.Mais nous pouvons apprendre à le gérer, car il est une réaction d’adaptation et s’adapter, c’est changer.Le stress est une transaction complexe entre l’individu et son environnement qui se déroule suivant trois phases: alarme, résistance, épuisement.

Je rencontre quotidiennement en libéral ou en milieu professionnel des personnes confrontées à une situation difficile , qui viennent consulter et ma première question est :

« Cette situation constitue-t-elle pour vous une perte, une menace, un défi ou un challenge? » Car il est important d’évaluer l’enjeu qui amène cette personne à me rencontrer en termes positifs (gain, défi, challenge) ou négatifs (perte, menace). Puis, nous estimons ensemble les ressources dont cette personne dispose pour agir, répondre ou intervenir. Cette double évaluation de l’enjeu et des ressources influence les stratégies d’ajustement au stress (coping) et se décline en : accompagnement axé sur la résolution de problèmes, la gestion des émotions, ou la recherche de soutien.

Alors que nous avons identifié nos stresseurs, nos réactions de stress, je vous propose d’évaluer les stratégies employées pour y faire face ainsi que les techniques de gestion de stress pour que chacun trouve des solutions adaptées et efficaces. Nos réactions aux situations stressantes sont cognitives, intellectuelles, émotionnelles ou physiques et certains ressentent des perturbations psychologiques, d’autres des réactions physiologiques et ces réactions anxieuses influencent différemment nos vies, d’où l’importance d’identifier nos propres manifestations d’anxiété car les techniques de gestion du stress ne sont pas les mêmes pour l’anxieux émotionnel, cognitif ou somatique.

 

Catégories : LE MONDE DU TRAVAIL, stress

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*