Etes-vous un hypersensible?


Déménager vous angoisse?

La moindre dispute vous déstabilise?

Vous aimez pleurer au cinéma?

Vous êtes peut-être un « douillet affectif », hypersensible de la vie.

Les difficultés de l’existence vous atteignent de plein fouet, vous souffrez 10 fois plus que les autres si vous devez changer de vie, renoncer à l’amour ou à une amitié.Votre grande hantise c’est la séparation, la cassure car vous détestez les transformations radicales.Vous êtes la femme d’un seul homme, l’homme d’une seule femme, et, pour éviter une rupture, vous n’hésitez pas à faire passer l’intérêt d’autrui avant le votre. Vous êtes prêt à accepter des exigences disproportionnées, des brimades, et cette douilletterie affective est à la fois biologique et psychologique.De plus, elle peut évoluer au fil du temps, selon les expériences structurantes ou stressantes, vécues par vous. L’hypersensibilité est une tendance, pas une fatalité qui condamne au malheur. La hantise des séparations manifestée par les grands sensibles est ressentie par la plupart des humains.

Abnégation, altruisme, nous sommes nombreux à aimer et rester fidéles! Pour réhausser l’image de soi, il est donc préférable de s’identifier à un hypersensible plutôt qu’à une brute épaisse….

Pour être sûr d’être un douillet affectif, vous pouvez répondre à ces questions;

 

-Avec vos parents, vous aviez le souci de leur plaire, quitte à brider vos propres désirs?

-Vous étiez sensible à leur compliments?

Vous étiez inquiet quand vous lisiez leur réprobation sur leur visage?

-Vous vous taisiez s’ils étaient injustes, de peur d’être abandonné?

-Vous préfériez passer vos vacances avec eux, plutôt qu’avec vos copains?

-Vos professeurs et vos parents devaient être satisfaits de vos résultats?

-L’idée d’être puni vous terrifiait?

– Vous aviez peur d’arriver en retard en classe?

-Dans les petites classes vous offriez un cadeau à la maîtresse?

-Vous êtiez incapable de vous défendre quand quelqu’un vous embêtait?

-Les disputes vous bouleversaient?

-Vous étiez toujours fidèle en amitié?

-Vous continuez de voir vos amis d’enfance?

-Vous aimez aider les plus faibles, qui sont en difficultés?

-Même quand vos amis abusent, vous êtes incapables de dire Non?

-Vous étiez sensible au moindre mot de votre premier amour?

-Vous avez craint ses reproches?

-Vous pensiez rester ensemble toute la vie?

-Vous avez rompu et avez été inconsolable?

-Vous l’avez comblé de cadeaux?

-En couple, le plaisir de l’autre passe en premier?

-Toute séparation est catastrophique?

-Vous ne supportez pas les disputes?

-Votre besoin de l’autre et d’aimer et être aimé vous fait tout accepter?

-Des relations extraconjugales? Impensable et inacceptable….

-Il est important pour vous de réunir la famille et les enfants régulièrement?

-Même si la manière de vivre de vos enfants heurte vos valeurs, vous acceptez entièrement?

-Rien de plus terrible à vos yeux qu’un enfant qui souffre?

-L’idée que les enfants grandissent et quittent la maison vous attriste?

-Etre parent c’est soutenir ses enfants et être présent éternellement?

-Vous vous attachez intensément et donnez énormément ?

-Vous pouvez rester longtemps dans la même entreprise?

-Vous avez besoin de rituels relationnels?

-Vous aimez les films tristes qui procurent de l’émotion?

Même si vous êtes plus vulnérable que beaucoup, vous pouvez vivre aussi bien que n’importe qui si vous avez un cocon protecteur et si vous organisez votre existence basée sur des interactions de qualité.Votre grand atout est que vous êtes quelqu’un de facile à aimer, car les autres s’attachent à vous, à vos qualités, à votre faculté de vous mettre à la place d’autrui. Toutefois, entraînez-vous à être moins sensible aux conflits, et pensez que vous n’êtes pas moins important que l’autre, que vous avez le droit d’exprimer vos besoins et vos désirs.

Ne vous sentez pas obligé d’assister vos enfants jusqu’au dernier jour, ils ont leur vie à vivre…En leur passant tous leurs caprices, vous ne les aider pas à être adultes. Mais si vous avez à leur dire NON, ils ne cesseront pas pour autant de vous aimer! Il faut parfois passer par des conflits pour apaiser une situation. De même avec les parents….En vous intèressant plus aux autres qu’à vous même, vous ne vous faites pas de bien! Vous risquez même de mener une existence qui n’est pas vraiment la vôtre! Restez donc à votre écoute……

Catégories : Non classé, trouble du comportement

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*