POURQUOI FAIRE UNE THERAPIE DE COUPLE?


Quand le couple va mal, on s’enfonce dans les contradictions insolubles et chacun est à l’affût des comportements de l’Autre, ce qui rend aveugle et sourd à ce qui reste positif. Il est alors indispensable, d’introduire un élément étranger dans ce système afin de déstabiliser les forces en jeu et d’installer un nouvel équilibre fondé sur de nouvelles règles.Chaque conjoinr a alors devant lui un interlocuteur imperméable à ses manoeuvres et doit s’exprimer ou faire taire sa rancoeur et sa colère . C’est le rôle du thérapeute que de confronter les rancoeurs et se positionner en arbitre. Il propose alors:

-de faire écrire à chacun sa définition du couple

– de noter ce que chacun attend

-la confrontation des deux points de vue permet d’éviter toutes manipulations

-des jeux de rôles sur les disputes, les « scènes de ménage », les conflits,….peuvent être rejouer

Le choix d’un partenaire est lié à notre histoire, le sentiment amoureux tire son origine dans l’histoire du manque initial, qui, par définition, ne saurait être comblé.Les crises de couple appartiennent souvent au passé de chacun et à leur histoire personnelle.

La thérapie de couple réapprend à se parler et à s’écouter, quel que soit le nombre d’années de vie commune, afin de regarder différemment son partenaire. Dire les mots que l’on a du mal à formuler, comprendre les attentes intimes, exprimer des désirs enfouis, se parler, s’écouter, pointer les distorsions entre gestes, attitudes, mots,…afin d’aller au-delà de l’apparence. Si on reproche à son conjoint de sortir  seul, avec ces copains, c’est peut-être parce que , dans le fond, on a le sentiment qu’il ne nous regarde plus . S’il ne parle jamais de travail, ce n’est pas par mépris mais pour ne pas nous inquiéter….Toutes ces interprétations personnelles peuvent être corrigées.

Si la thérapie permet au couple de remettre à jour le contrat de vie à deux, il arrive qu’elle en scelle la fin.

La thérapie permet une prise en compte et ‘met le doigt » sur des conflits , une fin qui approche, une histoire qui s’achève,et elle accompagne alors les partenaires vers le deuil de leur vie commune. Le paradoxe de la thérapie de couple réside en cela: elle peut être réussie et se conclure par une séparation. En revanche, elle échouera à coup sûr si l’un des deux partenaires refuse de jouer le jeu de l’écoute malgré lui, lorsque ses blessures personnelles sont trop douloureuses. A cause de lui, il n’a pas envie de sauver ce qui peut l’être encore. Là réside la limite principale de l’exercice: pour réinventer une façon de vivre son couple, pour rendre du souffle à une histoire qui commence a en manquer, il faut toujours être deux.

Lorsque le couple est déséquilibré, la thérapie individuelle ne sert à rien, le conjoint qui  consulte n’est pas forcément celui qui souffre le plus. Cela peut même être une fuite et le thérapeute un objet de rivalité. il est donc conseillé de consulter à deux.

Certains thérapeutes commencent par voir le couple ensemble puis les conjoints séparémment.

Avec la démarche analytique on met en lumière les ,souffrances passées. Avec la thérapie systémique on regarde le couple en référence au milieu familial dans lequel il émerge et se développe. Avec la thérapie comportementaliste on se concentre sur les comportements de chaque partenaire et ses réactions aux événements que doit traverser le couple. Il n’y a pas de normes ni en matière de démarche , d’écoles, ni en matière de temps.

Catégories : conjugalité

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*