Le calme intérieur


Souvent, nous avons l’impression de ne pas avoir suffisamment confiance en nous, de manquer de recul face aux épreuves de la vie ,et nous cherchons des codes de conduites capables de transformer notre vie en une expérience de liberté , de bonheur et d’amour.

La méditation, la respiration, la concentration apaisent nos colères, nos peurs, nos tristesses qui hantent souvent nos vies d’adultes .

En accédant à un calme intérieur, nous nous alignons sur le pouvoir et sur l’intelligence de la vie elle-même.Dans cet état, il n’y a ni souffrance, ni peur, juste une source d’amour, de joie et de paix intensément vivante.

Si vous lisez  cet article, c’est peut-être parce que vous êtes en quête de stimulation sous forme d’idées, de croyances, d’exposés,….de fil conducteur qui peut vous conduire vers une dimension plus profonde et infiniment plus vaste que la pensée, dimension empreinte de paix intensément vivante.

A l’heure actuelle, dans ma démarche professionnelle, je me concentre sur deux axes:

l’enfant intérieur, et le calme intérieur.

La transformation de la conscience humaine n’est plus un luxe réservé à quelques individus isolés mais une nécessité si l’humanité ne veut pas céder à la destruction.Actuellement, la dysfonction de la vieille conscience et la montée de la nouvelle s’accélèrent

L ENFANT INTERIEUR.

L’enfant intérieur se trouve en chacun de nous, un enfant qui souffre car chacun a vécu des périodes difficiles et perturbées dans l’enfance. Pour nous protéger de cette souffrance nous avons oublié ces épisodes douloureux. Mais chaque fois qu’ils se réveillent la sensation est insupportable et nous refoulons sentiments et souvenirs au plus profond de notre inconscient, à tel point que nous négligeons cet enfant blessé. Pourtant, ce n’est pas parce que nous l’ignorons que l’enfant n’est pas là.Il attire notre attention, il se manifeste comme il peut. Désireux d’atténuer notre peine, nous refusons de l’entendre et nous nous tenons éloignés, ce qui ne fait que prolonger la souffrance.

Cet enfant intérieur a besoin de soin et d’amour, et nous les lui refusons, en fuyant devant cette douleur et ce chagrin, sans penser que ce n’est pas en se perdant dans une quête de divertissements que nous soulagerons cette souffrance intérieure. l’ignorance infuse chaque cellule de notre corps et notre conscience, et nous empêche de voir la réalité.

Nous devons nous écouter, nous tourner vers lui, afin d’en prendre soin avec compassion et compréhension pour nous-mêmes, grâce à  l’énergie de la pleine conscience . Comprendre les autres, avoir de la compassion peut alors nous aider à nous relier aux autres et restaurer la communication dans notre vie avec nos familles, amis, entourages et parvenir ainsi à plus d’amour et de paix en nous et autour de nous.

Enfants, nous étions vulnérables, si facilement heurtés, blessés,un regard sévère, un mot dur, nous ressentions beaucoup de sensations , d’émotions, mais nous ne pouvions pas nous exprimer facilement.

A présent, nous avons la possibilité de revenir à nous et de parler à ce petit enfant, nous pouvons l’écouter et lui répondre directement. Pratiquer ce retour aide considérablement car cela correspond à prendre soin de soi, dans l’ici et maintenant, car nous ne sommes pas totalement différents de notre enfant intérieur, nous ne formons pas deux entités distinctes mais nous ne sommes pas un non plus.L’un influence l’autre, et à présent que nous sommes adultes, nous pouvons pratiquer la pleine conscience. Cet enfant existe bel et bien au même titre que l’adulte que nous sommes aujourd’hui.Et se réconcilier avec cet enfant, c’est lui parler, le rassurer et lui faire sentir que bien que la peur soir réelle , elle n’a plus aucun fondement, car, à présent nous sommes adultes et nous pouvons nous protéger et nous défendre par nous-mêmes.

-LE CALME INTERIEUR

Pouvoir dire JE SUIS c’est être en contact avec un sentiment le plus intime de soi, son essence, son espace intérieur, fait de silence et de calme. Lorsque vous prenez conscience du silence qui vous entoure, vous êtes dans le présent, sorti du conditionnement humain collectif. Le silence est utile pour trouver la quiétude.Pour fuir le flux des pensées qui a une force énorme, il est utile de ne pas prendre trop au sérieux ses propres pensées, car le mental humain cherche avant tout à contrôler.Le mental est un instrument puissant et contraignant qui souvent fait éclater la réalité.

La sagesse n’est pas un produit de la pensée, elle n’est souvent que certitude et donne un sentiment de sécurité et la fausse impression de savoir….Le mental dépend de l’insuffisance , il est toujours avide d’avoir davantage alors que celui de la conscience est vaste. Par le mental, nous tombons vite dans l’ennui, et l’agitation car le mental a besoin de stimuli pour satisfaire son appétit.

Le mental cherche constamment de quoi réfléchir , et de quoi alimenter son sentiment de soi. C’est ainsi que l’Ego naît.En pensant et employant le « je », vous désignez « moi et mon histoire », mes peurs, mes désirs, mes aversions,….le « je » n’est jamais satisfait..Il est fugace, et il est aussi cette voix qui ne cesse de parler dans votre tête, mais ce n’est pas vous, c’est votre « soi égoîque ».En vivant selon l’Ego, vous réduisez l’instant présent, vous vivez pour l’avenir, et non dans l’instant présent.En vivant selon l’Ego, vous réduisez toujours l’instant présent à un moyen et vous cultivez une image de victime car l’Ego donne souvent tort aux autres, et raison à soi-même, et pousse alors à se plaindre, car le sentiment égoîque de soi a besoin de conflits, et son sentiment de séparation tire sa force de la lutte.

Besoin d’opposition, de résistance, d’exclusion destiné à maintenir le sentiment de séparation dont dépend sa survie. C’est « moi » contre « les autres ».On prétend vouloir le bonheur, mais on est accroché au malheur. Votre malheur ne vient pas de votre condition de vie, mais du conditionnement de votre esprit.

La culpabilité est un exemple des efforts de l’Ego en vue de créer une identité, un sentiment de soi négatif, qui va vous donner une mauvaise image de soi.Tout au long de l’histoire, les humains  se sont infligés d’innombrables actes de violence cruels et blessants et continuent….Si vous vous fixez des buts egoîques afin de vous libérer, de vous améliorer, ou d’accroître votre sentiment d’importance, même si vous les atteignez, ils ne vous satisferont pas!

La vie est un moment unique, toujours, maintenant, et vous devez vous sentir à l’aise dans le présent. La construction de la vie en ;présent-passé-futur est une construction mentale illusoire.Le passé et le futur sont des formes -pensées, des attractions mentales.On ne peut se rappeler le passé que maintenant. Le futur quand il arrive est le présent, donc tout est réel, la seule chose qui existe c’est le présent.Donc, porter son attention au présent, c’est l’essentiel, et s’en faire un ami c’est indispensable.Puisque l’avenir n’est jamais là, sauf sous la forme d’un présent, nos modes de vie sont parfois bien dysfonctionnels!

Sentir la vitalité de son corps, c’est ce qui vous ancre dans le présent.On ne devient responsable de la vie qu’en assumant la responsabilité de l’instant -maintenant. Voilà pourquoi le présent est le seul espace de vie, c’est s’aligner sur la vie.Tout est interrelié, tout fait partie de la totalité du cosmos, selon les Bouddhistes.

Ainsi, lorsque votre attention est concentrée sur le présent, c’est comme si vous vous éveillé d’un rêve; celui de la pensée, du présent et du futur.Plus vous vivez dans le présent, plus vous ressentez la joie simple mais profonde de l’Etre et du caractère sacré de la vie.

Notre vie est souvent menée par le désir et la peur, le désir c’est le besoin de donner quelque chose qui vous permettra d’être davantage vous-même. La peur c’est de perdre, donc de subir une diminution , d’être amoindri. Ces deux mouvements occultent le fait que l’Etre ne peut ni s’ajouter, ne se soustraire. L’Etre dans sa plénitude est déjà en vous, maintenant.

Soyez dans l’aceptation et dans le lâcher-prise. Abandonnez-vous à cezt instant, et non à une histoire au moyen de laquelle vous interpréterez ce dernier pour ensuite tenter de vous y résigner.

Faites une chose à la fois et plongez-vous entièrement dans ce que vous faites à l’instant, en y accordant toute votre attention.Tout ce que vous acceptez entièrement vous mène à la paix.

 

 

 

Catégories : développement personnel, Non classé

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*