Conséquences psychologiques du second confinement


Anxiété, stress, déprime, peur des autres,…Quels peuvent être les influences sur le moral des Français?

Comment le vivons nous? Contraints de rester chez soi, afin d’éviter les déplacements non indispensables, ce n’est pas simple en cette période de l’année…Isolement, repli sur soi, peur des autres et méfiance, ….voilà la réalité actuelle, même si ce deuxième confinement est plus  » light », il n’en demeure pas moins que les activités sont au ralenti!

Comment bien le supporter en plus de la déprime économique qui frappe une grande partie de la population?

Le manque de contacts sociaux, en famille, entre amis, ou entre collègues, a des conséquences sur le psychisme mais aussi sur le physique. Le temps maussade qui s’installe, les jours qui raccourcissent, influent déjà, sur le moral, dans les périodes automnales sans pandémie, mais actuellement, les changements d’humeur, les ruminations et les réactions d’hostilité augmentent…à ceci s’ajoutent les afflux de nouvelles économiques et politiques qui inquiètent considérablement et font penser que les privations de liberté vont durer, rendant chacun impuissant face à nos peurs et à nos besoins!!

Etre obligé de rester enfermé chez soi n’est pas naturel, car chacun a besoin de se sentir libre, de prendre l’air, de maintenir des liens, de rencontrer des gens et de travailler….Notre équilibre intérieur et physique en ont besoin, sinon nous avons tendance à ruminer, et à surréagir face au stress ambiant.

-L’absence de règles claires, de logique et de cohérence provoquent de la colère et de la lassitude.

-La peur d’être contaminé ou de contaminer les autres.

-L’imprévisibilté est insécurisante et entame la crédibilité des décideurs donnant l’impression d’une non maitrise totale de la population citoyenne.

-Peur pour soi, angoisse de mort, peur pour ses proches, anxiété grandissante avec les chiffres qui augmentent, chacun a comme consigne de NE PAS AGIR!!! c’est un paradigme, car on a peur et on ne doit pas bouger!!!

-Angoisse face au futur, incertitude sur la durée, conséquences sociales à long terme  de la pandémie.

-Impossibilité de se projeter, sensation de se sentir face à un mur sans pouvoir voir derrière.

-Problème avec les échéances, qui aident à accepter le présent insatisfaisant.

-Angoisses financières, face à l’emploi, le manque à gagner en tant qu’indépendant, le désoeuvrement et les pensées automatiques.

-Catastrophisation ou comment évaluer rationnellement.
Privation de liberté, restrictions, en France nous sommes attachés à cette valeur et la charge émtionnelle est lourde. l’enfermement est une punition,

-La promiscuité des couples ,des familles, usent les nerfs et provoquent de l’impulsivité.

-Le vécu d’impuissance amène à la dépression car nous subissons et nous sentons que nous perdons le contrôle .

-Incertitude quant au bien-fondé du confinement qui provoque le déni, d’envie de défier l’autorité. Soyons rationnels et non en désaccord!

-Impossibilité de répondre à nous besoins en quarantaine.

Tous ces points objectivent une aggravation des :

troubles panique, dépression, anxiété, phobies, évitement, compulsions, dysfonctionnements interpersonnels, détresse psychologique, agressivité et impulsivité, violences intrafamiliales, perte d’estime de soi, résignation face à la perte de liberté, ruminations, affaiblissements des fonctions intellectuelles, prises de poids,ennui, ….

 

L’isolement à domicile entrave cet équilibre psychique si indispensable et ce sentiment de liberté aussi indispensable pour vivre. Les somatisations apparaissent, et il est très utile d’être créatif pour survivre.

Nous avons en nous la capacité de nous adapter, pour surmonter cette épreuve, car c’est une véritable épreuve que nous arracher à la vie§

Voyons ce confinement comme un gain de temps , non une perte, une opportunité de mieux se connaître, de prendre soin de soi, en apprenant chaque jour un peu plus sur soi.

Etre seul, quand on a ni conjoint, ni famille proche , ni collègue accroît le sentiment de solitude, mais fait grandir la sensation que l’on doit compter sur soi, et uniquement sur soi….pas simple quand on ne peut parler à personne de ses craintes et de ses appréhensions!!!

Permanences psychologiques, SOS  Amitiés,…consultations chez un professionnel de santé, un psy, un thérapeute,….et éviter d’écouter trop les infos qui font monter le stress, car ces afflux d’informations, ces fake-news, ou contradictoires, les réseaux sociaux, véhiculent beaucoup d’aspects anxiogènes, et favorisent les addictions . Surconsommations diverses qui renvoient à la solitude.

Lectures, jeux de société, méditation, relaxation, …. Nous ne vivons pas une punition mais une décision prise pour le bien commun, qui contribue à limiter l’épidémie. La distanciation sociale, les médicaments antiviraux, les vaccins, …il faut lutter afin que le virus ne puisse plus circuler!!!

 

La seule vraie alternative c’est l’éloignement social, alors acceptons et lâchons prise !!!!!

 C’est notre devoir de citoyen, et souhaitons de tout coeur que cette situation soit temporaire , totalement inédite, et qu’après cette crise sanitaire, nous retrouverons le plaisir de vivre en paix en étant acteur de sa vie! Apprécions le plaisir d’avoir le temps, ce qui nous manque si souvent !!!

 

Catégories : Non classé

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*