loin du bureau mais pas loin du travail


Les impacts du coronavirus ont été très forts à tous les niveaux de la société, en termes d’engagement collectif et individuel. les entreprises ont été mises au défi de s’ajuster rapidement pour faire face à l’urgence.

Avec l’interconnexion, la crise a changé l’ensembles des parties prenantes en éclatant les équipes, revalorisant le rôle de la proximité et obligeant les organisations à une plus grande humanisation dans la gestion des RPS car le télétravail a provoqué de la fatigue, de la tension dans les foyers. La transformation numérique accentue les inégalités et un nouveau dialogue social s’engage basé sur plus de collaboration, d’interactions, et de prises de décisions rapides. L’urgence et l’incertitude ont obligé les entreprises à redéfinir les objectifs car il fallait sauver l’existant et ne pas perdre de temps dans la planification: communiquer, encourager, développer, être flexible,…Les entreprises ont investi dans le numérique et les salariés doivent s’ajuster , se former. L’usine connectée ne doit pas devenir inhumaine et produire un isolement social, car la technologie élimine la participation et réduit la valeur ajoutée d’un salarié.Le télétravail, c’est être connecté en continu….et cela induit:

-un leadership à distance

-une intelligence collective permanente

-une conciliation Bien-être/ Bien-agir

-un recentrage des collaborateurs

-des pratiques coopératives

-la priorité aux responsabilités sanitaires

La crise de la COVID19 a accentué les RPS: tensions individuelles, exigences physiques et psychologiques, émotionnelles et relationnelles, manque de récupération, interférence vie privée/ professionnelle, manque de coopération et de soutien, absence managériale et manque de flexibilité.

Catégories : Non classé

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*